À propos de nous

L’ancêtre du centre des arts populaires : le Centre catholique

L’histoire du Centre des arts populaires glissemen..débute par l’histoire du Centre catholique. Cette histoire qui commence dans l’avant-midi du 12 novembre 1955. En ce samedi, à 11h45, dans un grand fatras et un gros nuage de poussière, deux des édifices les plus prestigieux de la ville se liquéfient et coulent dans la rivière! En quinze minutes, l’École des frères et les deux tiers de l’Évêché disparaissent du paysage urbain, emportant au passage trois vies et quelques maisons. La cathédrale reste là, dressée devant le vide.

Le tout jeune évêque de Nicolet, Mgr Albertus Martin, vient de perdre son palais épiscopal. Ébranlé, il décide de démolir sa cathédrale. Inauguré en 1910, cette cathédrale est encore toute neuve. Pourtant, elle est déjà la 4e cathédrale de Nicolet depuis l’érection du diocèse en 1885. Quatre cathédrales en seulement 70 ans, c’est un véritable feuilleton!

Heureusement, il est décidé à récupérer des éléments du bâtiment pour édifier une cathédrale temporaire : le Centre catholique. C’est ainsi que cette belle voûte ouvragée, réalisées au tout début du XXe siècle dans les ateliers nicolétains de la Compagnie Caron et fils, a droit à une nouvelle vie.

Le Centre catholique est inauguré en 1957. C’est un bâtiment unique appelé à remplacer en partie l’école et l’évêché tout en étant un immense lieu de culte. Le Centre sera la « pro-cathédrale » jusqu’à l’inauguration de la cathédrale actuelle en 1963.

Le Centre des arts populaires est un exemple de reconversion réussie d’un bâtiment religieux. Nos activités perpétuent sa vocation de lieu de rassemblements de la communauté.

 Le centre en tant qu’OBNL

Le Centre des arts populaires est né d’un projet fou, appuyé d’une belle entente entre l’Évêché et la ville. Très tôt, les Soeurs Grises de Nicolet et les Soeurs de l’Assomption de la Sainte Vierge participent à la reconversion de ce bâtiment religieux. Nos grands commanditaires locaux : SOGETEL, PROMUTUEL et DESJARDINS, avec une cinquantaine de mécènes, emboîtent aussi le pas. En 2008, le Centre des arts populaires débute enfin ses activités.

En quelques années, le simple projet est devenu un outil de développement culturel et social important, un véritable centre communautaire régional. Grâce à d’importants travaux de réfection du bâtiment et à l’amélioration des équipements, son administration soigne sa clientèle locative régulière : la FADOQ, le Centre d’action bénévole, la Fabrique, les Chevaliers de Colomb,  la section régionale de l’Association des alcooliques anonymes, les familles endeuillées, etc. Nous respectons plus que jamais cette vocation de centre communautaire au service de la population à laquelle nous nous étions engagés depuis la prise en charge de la corporation du Centre des arts populaires.

Créée pour conserver le bâtiment, sa mission et ses usages, l’OBNL a aussi le mandat de développer de nouveaux axes de rayonnement culturel. Déterminés, nous avons organisé diverses séries de conférences sur l’art et fait renaître les symposiums de peinture. Nous avons collaboré avec l’école Curé-Brassard dans des projets de théâtre scolaire et avec la Corporation de développement culturel de Nicolet dans la tenue d’une grande soirée commémorant la présence de la communauté portugaise. Plus encore, nous avons planifié une série de conférences sur l’écologie, produit un premier spectacle des Jeunesses musicales du Canada pour l’ensemble des élèves des écoles Curé-Brassard de Nicolet et Arc-en-ciel de Ste-Monique. Et ce ne sont que quelques exemples de nos initiatives!

Parallèlement aux efforts de coordination des activités, le développement de plateaux locatifs supplémentaires (salle de conférence, studio de musique, classes et locaux adaptés) attire de nouveaux clients réguliers : trois chorales, des cours d’arts visuels, de musique, de danse, d’espagnol, de tai chi, des réunions syndicales, etc.

La démonstration en a été faite. Le Centre des arts populaires de Nicolet est d’ores et déjà une infrastructure culturelle incontournable dans le paysage de la MRC Nicolet-Yamaska.

Les commentaires sont fermés